au delà de la fumée, la vérité

au delà de la fumée, la vérité

Relation publique, communication, transparence, des mots souvent évoqués lors des rencontres, des réunions de concertations et autres.

Mais hélas, nous constatons journellement que cela se chante que sur l’air connu de « paroles, paroles ».

texte proposé par le FCRGF
Quels sont  les faits ?

Lors du week-end du 8 et 9 juillet, une importante pollution a été émise une nouvelle fois par la cheminée de l’agglomération de l’aciérie Arcelor.

Motus et bouche cousue de l’industriel, avant qu’une association constate les faits de visu et les transmettent par photos à la Direction Régionale de l’Industrie et de l’Environnement.

L’association  en outre, demande à la DRIRE d’être informées sur les causes et les conséquences de cet évènement.

Après enquête, le dysfonctionnement serait du à la rupture de filtres à manches du nouveau système de filtration..

Nous savons aujourd’hui que la pollution du à ce dysfonctionnement (la Provence) a commencé le 4 juillet, alors pourquoi caché ce problème en continuant de cracher des polluants en toute impunité et empoisonner les riverains et les ouvriers, qui contrairement à ce qu’on laisserait croire, ne sont pas immunisés des rejets de leur propre usine.

Cette méthode du « pas vu, pas pris » relève de la délinquance industrielle, un procédé qui hélas est régulièrement employé sur la zone industrielle par les industriels.

Il n’y aurait pour preuve, que la constatation matinale des dépôts de poussières et autres particules flottants sur l’eau des piscines ou des tables de jardin provenant des cheminées d’un dégazage ou d’un nettoyage nocturne de telle ou telle installation.

Le dicton est célèbre, la nuit tous les chats sont gris, et les rejets invisibles.

Après ce genre de situation, à qui peut on faire confiance, les exemples se suivent et se ressemblent, ce dernier prouve bien que, si les faits n’avaient pas été remarqués et signalés, la population aurait elle été informée ?, la presse n’a pu couvrir l’événement le 17 juillet, soit deux semaines après.

Le nouveau gouvernement prône pour le commun des mortels une justice basée sur une délinquance zéro.

Pourquoi est elle applicable pour certain et pas pour d’autres ?

Peut-on condamner pour risque d’empoisonnement et faire fermer le commerce d’un petit commerçant qui n’aura pas suivi à la lettre la chaine du froid d’un produit.

Et d’un autre coté, laisser un industriel intoxiquer toute une région sans pour cela, qu’il ne soit inquiété par une accusation entrainant des poursuites judiciaires.

Pour information : Missions de la DRIRE.

Pour le compte du ministère de l’écologie et du développement durable,  la DRIRE exerce une mission de police environnementale auprès des établissements industriels.
Cette mission de service public, définie par la loi, vise à prévenir et à réduire les dangers et les nuisances liés à ces installations afin de protéger les personnes, l’environnement et la santé publique………………

la DRIRE est chargée de l’application de la réglementation sur les installations classées pour la protection de l’environnement qui vise à prévenir et contrôler les pollutions, les nuisances et les risques industriels sur l’ensemble de la région.

Elle assure l’inspection des installations classées dans les départements

Ce contenu a été publié dans 2007, Archives, front citoyen de resistance, media, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>