Incinérateur que nous cache la CUM

Des fumées sont sorties des cheminées, l’association DPLGF est inquiète.
D’abord inquiète, pour nos amis Marseillais, qui vont devoir subir une hausse sur l’enlèvement des ordures ménagères, afin de régler la note d’un projet de 280 millions du départ, et qui risque de s’élever à prés de 500 millions, ou peut être les dépasser.
Mais ça c’est de l’histoire ancienne, seul Gaudin et Assante pourrait expliquer ce phénomène.
Inquiète aussi l’association, car c’est avec surprise, que nous avons appris que la société EVERE a commencé les essais de l’incinérateur, en effet, depuis quelques jours des déchets sont brûlés, sans que personne ne commente l’événement..
Ce silence est plus que douteux, nous étions habitué à chaque événement de l’avancement des travaux à entendre les anciens dirigeants de la communauté urbaine de Marseille de vanter les mérites de leur triste réalisation.
Mais aujourd’hui, le silence est de mise, en conditions normales Gaudin et les siens auraient certainement médiatisé le fait.
Alors, que nous cache-t-on encore ? Quel coup tordu nous prépare les nouveaux dirigeants de MPM qui n’ont rien à envier a leurs prédécesseurs.
Beaucoup de questions restent sans réponses.
L’autorisation des essais n’étaient ils pas prévus pour plus tard et avec quelle source de chauffe?
Les fumées qui s’échappent actuellement sont elles issues du système de filtration ?
Quel est l‘origine et la provenance et la composition des déchets?
Veut-on cacher des essais, réalisés dans des conditions hors normes pour accélérer la mise en route en catimini, sans pour cela tenir les promesses d’un pourcentage de méthanisation.
Une nouvelle fois notre association DPLGF dénonce le non respect de la santé par les responsables de ce projet envers les habitants de la zone.
Depuis le début de ce projet, nous avons du subir mensonges, félonies et trahisons.
Aujourd’hui, avant même le démarrage de l’usine, force est de constater que déjà, des manœuvres de dissimulations sont de mise pour cacher la vérité sur les risques réel de pollution.

ADPLGF, reste fidèle à ces convictions premières, l’incinérateur est un danger pour la santé, seul le projet tri sélectif, compostage et méthanisation doit être mis en place.
Contrairement à ce que certain ont tendance à penser, la lutte est loin d’être terminée, d’autres projets tout aussi néfastes pour la santé de nos proches couvent dans les cartons de GPMM ex PAM .

Ce contenu a été publié dans 2010, Archives, Incinérateur, Pollution, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>