intox et mensonges, armes policiéres

Le lendemain de l’annonce par le préfet, d’autoriser le permis de construire d’un incinérateur sur le territoire de Fos sur mer , plus de 1800 personnes (300 personnes pour la Provence)  étaient présentes autour du podium dressé pour la circonstance  sur la place des “ Droits de l’Homme“ De très nombreux élus, représentants d’associations d’une même voix ont annoncé que le combat ne faisait que commencer. A la suite du rassemblement, une centaine de manifestants s’est rendue à la Sous-préfecture d’Istres et a jeté par dessus les grilles des sacs poubelles pleins
Le lendemain le FCRGF a organisé une distribution de tract, une partie se déroulant coté darse, l’autre lieu étant l’usine Sollac, après cette action programmée, des personnes venues spontanément manifester avec nous et que nous remercions, ont décidé d’occuper de leur propre initiative la nationale, nous nous sommes joint à la manifestation en faisant passer le message de ne pas bloquer complètement la circulation, et de laisser passer les véhicules un feu vert sur deux.

Cette initiative a permis un tractage correct tout en évitant le grand blocage dernier. Ce matin le 23, après une opération escargot jusqu’au rond point de Dassault, une distribution de tracts a été organisé pour annoncé la grande manifestation du 1er  avril sur Marseille.

C’est à ce moment que nous avons appris par téléphone que des collégiens étaient en train de manifester dans Fos et se dirigeaient vers la Nationale 568. Nous avons pensé qu’il était de notre devoir d’essayer de les rencontrer et les informer des risques qu’ils prenaient en occupant un tel lieu, sans avoir mis en place un dispositif de sécurité.

Malgré leur rapide pérégrination manifestante, nous avons pu les rejoindre et les suivre jusqu’à la place du marché, de nouveau nous avons entamé un dialogue que je qualifierai de bon père de famille, mais pour le commandant de police notre entretien avec les collégiens a été perçu autrement.

- n’écoutez pas l’homme avec la veste à carreau, il vous dit n’importe quoi !

Ces paroles du commandant m’ont été rapportées par quelques collégiens (l’homme à la veste à carreau, c’était moi)’ , je suis allé le rencontré pour essayer de lui faire comprendre qu’il était dans l’erreur et que je n’étais en aucun cas le meneur de la manifestation comme il le semblait le supposer. Peine perdue, car dans sa logique policière, pour cet homme en uniforme, j’étais celui qui était la cause des débordements.

Dans cet esprit ou seule la force et la répression sont le seul raisonnement philosophique,  il est évident que la sagesse et les conseils d’un vieux militant  pour calmer des jeunes en colère, est incompatible, voir inconcevable pour des personnes dont le travail consiste à executer des ordres et ne plus rien reconnaître du mot humanisme.

- vous n’avez rien a faire ici m’a-t-il dit.

Excusez-moi monsieur, sachez que je serai toujours là, avec ceux qui luttent pour défendre leur santé, leur avenir, les jeunes et les autres.

Vous avez vos matraques et vos boucliers, nous on a simplement notre envie de vivre dans un monde meilleur, et surtout de ne pas laisser a la prochaine génération l’héritage d’un avenir pourri .

Un monde où certaines personnes à la botte des grands lobbies industriels veulent nous priver et que vous défendez si ardemment.

Ce contenu a été publié dans 2005, Archives, Environnement, front citoyen de resistance, media, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>