La CUM outrepasse les règles du « Grenelle de l’environnement »?

Nous avons appris que la société Evere allait déposée demande d’autorisation préfectorale pour augmenter de 20% l’incinération des poubelles de Marseille, soit 60 000 tonnes !

photo Michel Serra

 Mais le comble, c’est que dans cette demande, il est prévu de bruler 10 000 tonnes de DASRI (déchets d’Activités de soins à risques infectieux) plus communément appelés déchets hospitaliers ! De plus cette initiative ne se limiterait pas aux hôpitaux de Marseille, mais à tous ceux des Bouches du Rhône. Aujourd’hui nous avons eu confirmation que la demande de permis de construire pour les bâtiments devant accueillir les DASRI avait été déposée le 15 juin. La machine infernale redémarre pour mieux nous polluer. L’Association s’insurge contre cette volonté, et se demande où sont passées les bonnes résolutions liées au « Grenelle de l’environnement », dont l’investigateur est Mr le Président de la République, lui-même. ADPLGF s’interroge aussi sur le fait que dans toutes les Communautés Urbaines du Sud de la France, on s’applique à réduire les déchets à la source en favorisant l’augmentation des déchets recyclables. Alors pourquoi une fois de plus, Marseille et sa Communauté Urbaine ne suit pas cette règle ? La CUM ne ferait-elle pas partie du programme du Grenelle de l’environnement ? A notre colère et à notre désarroi, il est tout de même important de rajouter un chiffre, sur l’objectif du Grenelle de l’environnement, en ce qui concerne les déchets. Les quantités de déchets qui devait partir en incinération ou en stockage devait globalement être réduits avec pour objectif et afin de préserver les ressources et de prévenir les pollutions, une diminution de 15 % d’ici 2012. A la lecture de ce chiffre, notre association ne peut que s’indigner face à la demande de la Société EVERE qui elle souhaite incinérer 20 % de déchets supplémentaires.

Pour la CUM, l’argent serait-il plus fort que les règles de l’Etat. D’autres moyens existent pour traiter ces déchets, alors profitons en ! Par exemple, une solution qui consiste à prétraiter et désinfecter les DASRI ainsi pour avoir une réduction du volume de 80% au final avec une désinfection au cœur des déchets grâce à un broyage préalable. Cette utilisation permet d’éviter les rejets atmosphériques polluants et les rejets chimiques. Ce système de traitement permet une énorme réduction de déchet, et bien d’autres méthodes peuvent être envisagées, sans passer par l’incinération.

Ce contenu a été publié dans 2011, Archives, DASRI, Environnement, media, Pollution, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>