Le préfet donne, feu vert à GDF

Après de longues hésitations, le représentant de l’Etat a du se soumettre.

Mais le feu vert complaisamment accordé, risque de passer bien vite à l’orange, voir au rouge. Nous nous ne faisions guère d’illusions, et c’est pourquoi cette décision préfectorale nous libère.

En effet, pendant ces longues semaines ou nous attendions la signature du préfet, DPLGF a adopté une stratégie visant à ne divulguer, aucun élément successible d’être exploité par nos adversaires.

Certains ont cru dans cette position, un manque de dynamisme de la part des dirigeants de l’association. La vérité est tout autre, un grand travail de fond à été réalisé par un grand nombre de personnes pour relever le moindre point susceptible d’être exploité par notre avocate. Le moins que l’on puisse dire aujourd’hui, c’est que le PAM, pour son propre intérêt, a lancé sans retenue GDF dans le mur. Des erreurs, des omissions (volontaires ou non), des vices de formes, des négligences sur des points techniques ou de sécurité ont été relevées, et seront développés en détail lorsque l’avocat  de l’association plaidera pour faire valoir les droits bafoués des Fosséens.

Une nouvelle fois, c’est encore une position de passage en force que l’on veut nous imposer, mais qui va irrémédiablement se retourner vers ses auteurs. Que nos amis, et ceux qui nous soutiennent ne perdent pas espoir. La semaine dernière encore, certaines personnes pour se donner conscience face à leur manque de détermination, confiaient que le projet était déjà signé.

Aujourd’hui, le projet est effectivement signé, mais déjà avec prés de neuf mois de retard, ce retard n’étant pas du à quelques donneurs de leçons, absents et muets pendant des mois et qui telles des hyènes décharnées, cherchent sournoisement à s’approcher d’une proie affaiblie pour essayer de tirer un quelconque profit.

Attention, la bête n’est que blessée, et sa défense est encore intacte, elle saura le moment venu reconnaître ceux qui sont venus la soutenir dans les moments pénibles, et ceux qui ont simulé un élan de solidarité pour des raisons bassement électoralistes. DPLGF regrette sincèrement que certain n’aient pas compris que le seul but de l’association est de défendre Fos sur Mer et les Fosséens.

Refuser ou ne pas adhérer à nos manifestations est un choix que nous respectons.

Aucun slogan d’un quelconque parti sur nos banderoles, défiler derrière elles, c’est participer à un combat commun, pour l’avenir et la santé de tous, au delà des clivages politiques. L’association acceptera la critique lorsqu’elle peut être constructive et justifiée, mais répondra fermement à quiconque essaiera d’ attaquer ou dénigrer autrui a travers elle.

Ce contenu a été publié dans 2003, Archives, GDF, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *