Thalassa Lettre à FR 3

Logo : France 3

2 Articles

Fidèle de votre émission, j’ai été particulièrement étonné puis scandalisé sur le contenu de l’émission.Vous avez fait deux escales distantes de quelques dizaines de kilomètres sans y aborder les vrais sujets locaux actuels.

A Port saint Louis, ou vous avez refusé une prise de parole demandée par une association locale agissant contre les incinérateurs, vous n’avez pas eu la décence d’évoquer ce sujet, ne serait ce que quelques minutes.

Pourtant vous qui prônez à longueur d’émissions d’un environnement meilleur dans les lieux les plus reculés de la planète, n’avez-vous pas entendu parler des problèmes liés sur le lieu même ou vous étiez amarré.

Port saint Louis est la porte de la Camargue, quelques défenseurs de celle-ci ont essayés de pouvoir faire passer un message par votre entremise mais en vain.

Malgré un dialogue précèdent l’émission avec Monsieur Pernoud, rien n’a été fait, de plus les méthodes employées pour empêcher l’accès au voilier d’une délégation pacifique relève de méthode que je qualifierai pour le moins de déplorable

Votre émission n’est qu’une parodie de ce que vous présentez sur le petit écran.

D’un coté un magnifique bateau dans la lumières des projecteurs, à bord des journalistes qui se gargarisent en s’écoutant parler.

A l’extérieur dans le noir, sous un Mistral glacial des parents et grands parents qui essaient de défendre l’avenir de leurs enfants et petits enfants qui sont refoulés sans ménagement par quelques nervis à gros bras payés pour accomplir la salle besogne.

Que voulez t’il ces braves gens ? . Ils ne voulaient pas parler de la transhumance en Laponie ou faire des commentaires sur Solaya cette petite ville perdue dans le Guyanat Indien, tel que vous les avez présentés dans vos reportages.

Ils voulaient simplement avertir les autorités que la pollution était déjà trop élevée dans la région, et qu’ils étaient contre les projets de nouvelles  installations polluantes et dangereuses tel que des incinérateurs.

Construire de telles usines augmenterait les risques sur la santé des habitants qui souffrent déjà de pathologies graves liées à cette pollution journalière.

Ces habitants de Port Saint Louis voulaient aussi dire leur sentiment d’inquiétude sur le devenir de la terre dont ils sont issus “La Camargue“, une région exceptionnelle mais fragile, ils voulaient aussi parler sur le devenir des AOC telles que la vigne des Sables et Costières, les olives de Provence, le fouin de Crau, les élevages le Mérinos d’Arles, les princes de Camargue le cheval et le taureau.

Non ce n’était pas la Patagonie, ni la Sibérie, mais bien de Port saint Louis et de la région que ces honnêtes gens vêtus de blanc voulaient mettre en évidence.

Ils croyaient innocemment qu’en étant chez eux, ils auraient eu le droit de s’exprimer, mais ce n’était sans compter sur les pressions exercées, qu’elles soient politiques ou financière.

On ne l’aurait pas immaginé, mais nous savons aujourd’hui, que même cette émission est sous la dépendance de l’état et des lobbys industriels et qu’il est plus facile pour monsieur Pernoud et ses collaborateurs de parler des pollutions Sibériennes plutôt que celles que nous projettent dansla région Monsieur Gaudinsénateur maire de Marseille et ses amis.

La seconde émission Martigues

Malgré les demandes de certains élus, et d’associations là encore silence télé sur les préoccupations des indigènes.

Mais alors que de nombreux sujets auraient pu être évoqués surla Venise Provençale, pour retracer son riche patrimoine historique sur ses traditions et coutumes, nous avons eu droit comme fil rouge en invité “surprise“ le directeur du Port autonome de Marseille.

Que faisait il ce soir là dans cette émission Martégale, sa place aurait été plus logique dans la prochaine émission à Marseille au côté de son ami Gaudin

Etait il venu pour parler des problèmes sociaux actuels qui perturbent le port dont il est le directeur ? Que nenni, on oublie les arrêts de travail, les grèves récentes.

Etait il venu alors pour développer les projets en cours sur la ZIP de Fos (terminal méthanier, incinérateurs, 2XL, les éoliennes) ? Que nenni une nouvelle fois.

Nous avons eu droit à un paradoxe pour le moins surprenant et inquiétant.

Avoir sur le plateau, tout au long de l’émission le directeur du port Autonome de Marseille et un long reportage sur le port de Barcelone, concurrent direct dont Monsieur Brassard lui-même, ne cesse d’agiter sous une forme de chantage et en développant que Barcelone est le port rival qui est tout disposé à prendre ce que Fos ne serait pas en mesure d’accepter.

Thalassa magasine de la mer, peut être, mais avec beaucoup de censure, car aucun mot lorsqu’il s’agit de la disparition d’une plage au profit d’un terminal méthanier qui rejettera journellement1 500 000 mètres cubesd’eau additionnée de chlore dans la mer.

Censure encore sur le projet d’incinérateurs de la communauté urbaine de Marseille et de Suez qui à court terme par leurs rejets en dioxine vont mettre à mal l’écosystème du golfe.

L’équipe de Thalassa a parlé de l’étang de Berre et de son agonie liée directement à EDF, c’est bien, mais la leçon n’a pas suffit car dans peu de temps si les funestes projets se réalisent, Thalassa pourrait revenir pour constater que l’empoisonnement se serait étendu dans le Golfe de Fos.

Mais à ce stade les travaux du terminal devraient être achevés et la production de gaz en exploitation et les barges de poubelles vomissant leurs sacs plastiques à la surface de l’eau, feraient la navette entre Marseille et Fos.

Magnifique décor idyllique que Thalassa, sous une certaine forme contribué par non dénonciation et un manque de courage pourrait devenir complice d’une mort programmée.

Vendredi nouvelle escale à Marseille, le sénateur maire, et vice président de l’UMP sera certainement parmi les invités

Ceci expliquerait ‘il tout cela ?.

Quoiqu’il en soit, avec ou sans Thalassa, l’association DPLGF continue son dur combat et malgré toutes les machinations, les mensonges et autres vilénies, NOUS AVANCONS IRREMEDIABLEMENT VERS UNE VICTOIRE DE L’ENVIRONNEMENT ET DE LA VIE SUR LES INTERETS FINANCIERS ET LA MORT

A quoi servent les paroles.

je viens de vous écouter sur une radio locale, et je suis déçu.

Comment pouvez vous parler avec tant d’enchantement de la région, tout en évitant de dénoncer les risques sur l’environnement que vont engendrer :

1) la construction d’un terminal méthanier (1 500 000 m3d’ eau qui vont être pompés chaque jour et rejetés dans le golfe de Fos avec une addition de chlore et à une température différente de 3 ou 4 °.

2) un groupe d’incinérateurs (Suez 1500 000 t /an et  Marseille 550 000 t/an ).

Et certainement d’autres installations, qui vont ajouter une pollution supplémentaire dans une région déjà sur polluée.

Je ne suis pas spécialement un écolo, je ne fais pas parti des verts, par contre je me bats, car j’aime ma région, la Crau, la Camargue et Fos sur Mer en particulier, le village qui m’a vu naître.

J’en vu passer dans la région bon nombre de politiques, de défenseurs de la nature, des associations écologiques, des médias, beaucoup ont promis, mais peu ont concrétisé leurs promesses.

Dernièrement Thalassa. Monsieur Pernoud après avoir amarré le Marité à quelques encablures de l’emplacement des futures usines, n’a pas eu le courage de parler de la cause qu’il est sensé défendre.

Aucun mot, aucune allusion, il est évident, qu’il n’est point de risques de parler des problèmes des esquimaux ou du Port de Barcelone, plutôt que la pollution qui entourait son bateau, surtout lorsque la prochaine escale doit se trouver devant la mairie de Marseille en présence de monsieur Gaudin, maire de Marseille, président de la CUM qui doit implanter l’incinérateur à Fos, (car chez lui les Marseillais ont dit NON à l’incinération).

 

J’aime ce que vous faites, mais à quoi sert tant de dépense d’énergie dans le monde entier, lorsqu’on n’est pas en mesure de défendre un sol et une région que l’on dit aimer.

 

Je transmets cette lettre à une association locale de défense du littoral et du golfe de Fos, en lui demandant l’autorisation de faire passer ces quelques lignes sur leur site internet.

 

 

Ce contenu a été publié dans 2005, Actions, Archives, media, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *