( PAM. ZIF ) Un territoire d’avenir ?

Des amis de l’association DPLGF, se sont penchés sur un ouvrage de 141 pages édité par le PAM.

Ce livre concerne les projets jusqu’en 2020 sur tout le territoire occupé par le PAM autour de Fos sur Mer.

Première page et titre du livre:

Elaboration des schémas directeurs des bassins ouest du PAM.

Phase 3  Un projet stratégique global pour Fos 2020.

Les textes en gras sont des paragraphes qui figurent aux mots près sur le livre .

Les observations DPLGF suivent en italique.

DPLGF:

En parcourant le document de 141 pages, agrémentées de plan, photomontages et de textes colorés, la première impression c’est de se dire:

Quel magnifique travail!

Mais en lisant plus attentivement, on découvre tout au long du catalogue enluminé, un projet vieux de trente ans, réactualisées au goût du jour, comportant les mêmes ambitions de l’époque dont on connaît à l’heure actuelle le bilan.

La première question que l’on est en droit de se poser:

Pour quelles raisons, les entreprises qui n’ont pas voulu s’établir à Fos dans les années 60, alors que le contexte était favorable, viendraient elles aujourd’hui comme par enchantement s’implanter dans la zone?

Après avoir étudié maintes hypothèses, la réponse s’est révélé au fur et à mesure de la lecture du document.

Le projet 2020 est encore une manœuvre stratégique. Les entreprises en question ne viendront, aujourd’hui pas plus que hier sur la ZIF de Fos.

Les aménageurs le savent, devant ce dilemme et cette évidence d’ échec annoncé, le PAM a donc projeté de chercher d’autres formes d’activités.

N’ayant pas trouvé depuis plus de dix ans d’ entreprises « propres » et les seules a vouloir venir sur la zone étant des industries dangereuses et polluantes, le stratagème de l’aménageur a été de les implanter dans un hypothétique plan global.

 

Page 135:

PAM: Axes pour l’aménagement de la ZIF:

 

4 axes d’aménagement sont proposés:

axe 1: prolongement de la tendance.

Implantation d’unités de transformation en continu, lourdes et éventuellement classées Sévéso, chimie, production d’électricité,  stockage de matières dangereuses  etc…

DPLGF:

 En parcourant l’ axe 1:

  1020 ha sont attribués à la construction de 2 ou 3 unités GDF ( pourquoi pas sur le Cavaou ) .

 1020 ha destinés à une ou deux industries de base.

 5 à 10 ha à 4 ou 5 unités d’éco industries, dont une station d’épuration.

 

Quand aux 3 axes suivants, de diversification, ils occuperaient même pas 400 ha dont 300 ha et seraient occupés par usine automobile ,( certainement celle qui devait s’implanter en 1965).                  Cette répartition confirme nos précédents propos: à savoir que sur 2700 ha  prévus pour un futur aménagement, les industries lourdes et dangereuses occuperont plus de 80% du projet.

 

Page 131:

PAM: Hypothèse de travail et pistes de projet pour l’insertion de la ZIF dans son territoire.

 

Comment faire pour remettre chacun des éléments à sa juste place ( l’industrie , le port, la ville , la nature).

 

DPLGF:

 Dans un second temps, pour créer un effet de concertation et de dialogue, le PAM a mis en place un comité consultatif du développement durable avec comme bases de références l’ouvrage précité.

Le CCDD est composé de personnes choisies par son président. Ce dernier établi l’ordre du jour et les projets qu’il juge a être traités par des commissions.

Les projets sont discutés, puis acceptés par un vote en séance plénière.

Le seul inconvénient à ce système se situe dans le choix arbitraire des participants, car si le débat existe, le vote ultime est soumis à une assistance aménagée majoritairement par le président.

Le CCDD est un simulacre, pour faire croire que certaines décisions sont prises après un débat « démocratique », ce qui est mensonger.

 

 

 

Page5 :

PAM: Pourquoi un schéma directeur ?

 

Le PAM a été désigné comme aménageur de la ZI le 06/02/1964.

 

DPLGF:

 à cette époque, on prévoit prés de 40000 emplois répartis dans tous les types d’industries:

Papier, sidérurgie, métallurgie de l’aluminium ,automobile, pétrochimie, verrerie, construction métallique, électrique, électronique, , chimie, et des métaux non ferreux ,agro alimentaire. –

Si les travaux du port s’exécutent normalement, par contre l’aménagement de la zone est plus délicat.

Discordances entre Paris et la Province, le projet fait naître des ambitieux, des conflits opposent certaines personnes voyant dans cette fabuleuse aventure le moyen de se mettre en valeur.

Il apparaît très vite que les estimations du départ sont fortement surdimensionnées. Les prévisions sont revues à la baisse.

 

Chargé de la commercialisation, le PAM malgré de nombreux contacts, peu de dossiers vont jusqu’à la signature.

On attends avec inquiétude les décisions de la sidérurgie sur laquelle repose le projet.

C’est à coup de milliards et d’aides diverses que l’état va réussir à mettre sur pieds le choix de Fos au profit du Havre.

Après une aide de 2,7 milliards du Fond de développement économique, la sidérurgie aménage une restructuration et une concentration autour des trois groupes (Usinor , Wendel, Creusot loire).

Une société est créée: Solmer, un montage financier très avantageux est accordé, de plus Solmer sera propriétaire du terrain et des quais ( malgré la contradiction régissant le domaine public maritime).

L’état va aussi financer 100% des équipements auxquels viendront s’ajouter les équipement lourds de l’aménagement du PAM, soit un total de 210 milliards de centimes.

 

Page 89:

 PAM:  Marseille a refusé que  l’état installe une véritable ville nouvelle dans la Crau.

 

De son côté le projet d’urbanisation inquiète , craignant pour sa suprématie la ville de Marseille a contraint l’état à supprimer le projet de création d’une ville dans la Crau envisagée au moment de la création du port. 

     

Page5:

PAM:  ZIF historique

 

Le PAM constate un net ralentissement des implantations depuis dix ans, et il est amené malgré ses efforts entrepris dans le cadre de son développement, à repenser sa stratégie.

On peut se poser la question de savoir pourquoi cette étude n’a pas été réalisé plus tôt , vu l’urgence

 

DPLGF:

 Le Pam évoque que son handicap majeur réside dans une fiscalité dissuasive décourageant de nouvelles implantations.

A qui veut on le faire croire?

Comment pendant dix années une administration de la taille du PAM, n’a pas pu trouver une entreprise susceptible de s’implanter sur la ZIP ?

Et comment  tout à coup les demandes affluent, ou semblent  affluer, nécessitant un plan futuriste de la zone.

On prends les mêmes et on recommence, les industries prévues sur le plan 2020 sont les mêmes qu’on nous annonçait en 64 et qui ont oubliées de venir.

La stratégie n’est elle pas d’occuper sur du papier des zones qui ne seront jamais remplies sur le terrain pour laisser croire qu’il n’y a plus de place.

Par exemple, pour l’implantation d’un terminal méthanier.

Par contre, le projet global nécessite de l’énergie, ce qui fait la part belle à un éco site dont les incinérateurs seraient la panacée.

 

 

Page 29:

PAM:  Une stratégie environnementale.

 

DPLGF:

En survolant le projet, il semblerait qu’ un effort soit réalisé sur le domaine écologique et naturel des sites se trouvant à l’intérieur de la ZIP.

Mais en parcourant les pages, la stratégie environnementale Fos 2020, n’est en fait qu’un catalogue de lieux protégés, dont le PAM se joue impunément..

La preuve est développée en page 45:

 PAM: Zones protégés. Ambiguïtés

Jusqu’à maintenant, la RN 268 constituait la limite implicite qui séparait les terrains à vocation portuaire à l’arrière pays à caractère paysager et environnemental; aujourd’hui , cette limite n’est plus valable: le port étend ses projets au delà de la route, tandis que des zones de protection environnementale s’immiscent dans le port, de nombreuses emprises ont une solution ambiguë. Cette situation nécessite un nouvel arbitrage.

 

DPLGF:

Cette présentation n’est pas ambiguë, mais au contraire très concrète, aujourd’hui le PAM nous présente des espaces qu’il classe en diverses appellations écologiques lorsqu ils sont hors limites de ses projets.

Mais, ces mêmes espaces perdent leurs statuts écologiques, dés que le PAM décide d’implanter sur cette zone un nouveau projet.

Dire que des zones de protection environnementale s’immiscent dans le port, relève de la contrevérité, nous pouvons sans trop nous tromper dire que ce n’est pas la zone concernée qui s’immisce dans le port, mais bien le port qui vient s’accaparer des zones protégées.

Quand à trouver un arbitrage, je ne fais guère d’illusions.

 

 

Toujours dans la stratégie environnementale, nous parcourons les superbes plans coloréset très instructifs des zones de collines et des étangs

 

Page 39 :

PAM: ZNIEFF zone naturelles d’intérêt écologique faunistique et floristique

 

L’inventaire des ZNIEFF identifie, localise et décrit la plupart des sites d’intérêt patrimonial pour les espèces vivantes et les habitats .

ZNIEFF de type 1 correspondent à des sites d’intérêt biologique remarquable (présence d’espèces ou d’habitats de grande valeur écologique).

ZNIEFF de type 2 correspondent aux  grands ensembles naturels riches.

 

DPLGF:

 La zone des collines sur le plan, rentre dans la ZNIEFF de type 1, mais c’est dans cette zone que le CCDD veut implanter l’autoroute.

 

 

Page 40:

PAM:  L146.6 de la loi littoral. L’objectif est de protéger les sites, les paysages et les milieux naturels d’intérêts écologiques.

 

Leur protection s’impose aux documents d’urbanisme.

 

DPLGF:

 La zone des collines sur le plan, s’inscrit dans la loi littoral! Mais là encore, c’est dans cette zone que le CCDD veut implanter l’autoroute.

 

 

Page 42:

PAM:   ZICO  zone d’importance pour la conservation des oiseaux.

 

La directive Européenne prévoit la protection des habitats nécessaires à la survie d’espèces d’oiseaux considérés comme rares ou menacées à l’échelle de l’Europe

                 ZPS  zone de protection spéciale

Chaque pays de l’Union doit classer ZPS les sites les plus adaptés à la conservation des habitats de ces espèces en tenant compte de leur nombre et de leur superficie.

Les ZPS font dores et déjà partie du réseau Natura 2000.

 

DPLGF:

La zone des collines sur le plan, rentre dans la ZICO, et les étangs en ZPS.

Mais c’est cette zone qu’a choisi le CCDD pour implanter l’autoroute.

 

Page 43:

PAM:  Zones protégées: synthèse :

 

Quand on superpose toutes les protections environnementales, de grands ensembles protégés apparaissent et coïncident avec les grands ensembles naturels.

Camargue , Crau, Coustières, massifs des étangs.

 

DPLGF:

 En résumé le massif des étangs se trouve en Zone ZNIEFF type 1 et 2, Zone ZICO, Zone ZPS , Natura 2000.

Et qu’il est impensable et intolérable de détruire cet écosystème, seul lieu restant de naturel pour les habitants de Fos sur Mer.

Cet espace protégé devra être à l’écart du moindre petit projet, risquant de lui nuire.

Même si d’autres pense le contraire; le président du CCDD trouve que c’est l’endroit idéal pour faire passer une future autoroute, alors que le PAM lui même dans son projet a choisi un autre tracé hors des zones protégées.

 

Page 44:

PAM:  Zones protégées:Zonage initial du PAM

 

Pôle environnemental existant

 

DPLGF:

 La zone des collines sur le plan, rentre en zone protégée du pôle environnemental ( bleu foncé)

La Plage du Cavaou, est prévue en développement touristique ( jaune).

Certains concepteurs du projet 2020 auraient ils choisi la voie de la raison en imaginant un avenir différent que celui proposé par le CCDD  ?.

 

Page 49:

PAM:  Synthèse: une couronne de nature:

Le Ventillon:

Le respect de la Crau est aussi un argument fort du PAM, qui doit montrer l’exemple sur le morceau de terre qu’il possède.

 

DPLGF:

 C’est à cet endroit que le PAM a prévu l’implantation d’une série d’éoliennes!

PAM: Cela passe par une suppression des aménagements parasites et des décharges sauvages, un encouragement de l’élevage extensif, et une restauration du mas et de la bergerie

 

DPLGF:

Nous savons  que  deux projets sont parvenus au PAM.

Le premier projet consistait, suite au départ de Monsieur Gauthier, du mas de Gonon , de créer un espace éducatif et culturel ( associatif ou municipal)  .

Création d’une ferme modèle , accueil des écoles, jumelage, séminaire etc..

Tout cela en valorisant les traditions et coutumes du monde de la  bouvine .

Le projet n’a pas été accepté.

 

Le second projet était situé sur la parcelle de la bergerie du Paty au Ventillon .

Similaire au premier dans l’orientation éducative et culturelle, il était plus axé par sa situation géographique  vers le monde des bergers et des moutons .

Cette demande était appuyée par le regretté louis Rieu un félibre poète très apprécié dans la région .

De plus la municipalité soutenant le projet aurait pu prendre en charge la mise hors d’eau et l’entretien du bâtiment contigu à la bergerie.

Aujourd’hui la bergerie se dégrade et se meurt.

Et Le projet n’a pas été accepté.

 

 

PAM:   Gaine boisée:

Les boisements de chênes verts sont des boisements récents qui ont poussés sur des remblais autour des dépôts pétroliers. Leur faible intérêt biologique, autant que leur grande qualité paysagère, en font une zone prioritaire de projet.

Le mode de gestion est de type forestier, avec prévention des incendies.

 

DPLGF:

Comment peu t’on écrire de telles inepties, les chênes verts de coustiéres sont aussi vieux , que les marais et la Crau dont elles délimitent le territoire

Quand à les voir pousser sur les remblais autour des dépôts pétroliers, le contraire serait plus approprié.

Ce passage nous rappèle étrangement, cette révélation lors de l’enquête publique de l’existence d’écureuils au Cavaou.

 

PAM:  Les plages: : le schéma directeur envisage la possibilité d’un aménagement de la plage de Fos en remblai sur la mer pour offrir à la ville de Fos un débouché sur la mer.

 

DPLGF:

La ville de Fos a déjà un débouché sur la mer et une plage naturelle au lieu dit le CAVAOU, dont on peut s’ orgueillir de sa valeur, cette dernière ayant obtenue depuis dix ans un « pavillon bleu ».

Mais il est vrai que si le PAM voulait en créer une autre, l’initiative serait la bienvenue.

 

Page53:

PAM:  Synthèse des perspectives de commercialisation:

 

Pour combattre cet obstacle de l’image forte de l’industrie lourde, il faut imaginer des secteurs à  » visage humain « .

 

DPLGF:

peut être par l’implantation d’ incinérateurs?

 

La logistique et les activités associés.

LB: Dans les propositions souvent formulées, pour installer le terminal méthanier au Caban, le PAM a toujours mis en avant pour contrecarrer le projet.

 

1) Que c’était techniquement impossible

Que sait- on aujourd’hui? GDF ne peut pousser le gaz sur 2 Kilomètres, EXXON envisage de l’envoyer trois fois plus loin !

Laquelle des deux société nous ment ?.

 

2) Que draguer la darse entraînerait des travaux trop longs et trop coûteux.

Pourquoi refuser de draguer aujourd’hui la darse, si on prévoit de le faire dans une proche échéance, tel que c’est largement établi sur les plans du projet.?

 

PAM : Les unités de taille moyennes, mais générant des trafics lourds

Papier carton, verre, aluminium, plasturgie, bois, transformation des matériaux (ciment, granulats , fer à béton).

La chimie fine continue à se développer, surtout en petites unités .

 

DPLGF:

 on prend les mêmes qu’en 1964 ( ceux qui ne sont jamais venus) et on recommence.

 

PAM: Les industries à risques:

La ZIF possède pour l’accueil de ces activités, des atouts pratiquement sans concurrence. Mais il faudra s’assurer de l’ adhésion des population et des élus.

 

DPLGF:

Il semble que la dernière phrase soit légèrement discutable.

Aux dernières nouvelles, il semblerait que la population de Fos n’ adhère pas au projet.

Je tiens pour preuve, la très forte mobilisation lors de l’enquête publique.

Les 98% de non, lors d’une consultation des Fosséens et Fosséennes sur le projet du terminal méthanier au Cavaou.

De nombreuses manifestations, et plus de 3000 personnes dans la rue pour participer a l’opération ville morte.

le vote négatif en conseil municipal et du SAN Ouest Provence, sur les projets méthanier au Cavaou et des  incinérateurs au Caban

 

 

PAM:   Il faut y inclure les stockages de matières dangereuses qui méritent peut être un site spécialisé.

Les traitements et revalorisation des déchets en font partie.

 

DPLGF:

Pour un centre de traitement des déchets tel que nous l’entendons, il est inutile de le placer sur un site spécialisé, car il ne présente, ni de prés ni de loin un quelconque danger pour les rverains.

Par contre, si sous le terme de traitements, se cache l’incinération, et les incinérateurs que l’on a « oublié » de préciser, il est évident que le danger est certain, aussi bien sur le site que sur des dizaines de kilomètres autour de sa construction.

 

Au sujet d’un incinérateur destiné à brûler les ordures ménagères de Marseille

Si l’implantation de telle structure s’avérait ne pas être dangereuse comme ne cesse de le clamer les élus de Marseille et de la CUM, pourquoi ne pas les installer sur place.

 

Point de vue de R Assante adjoint à l’environnement de la ville de Marseille lors d’une réunion à                Fos sur Mer

-A l’heure où on devrait étudier le tri sélectif plutôt que l’incinérateur. Avec toutes les nuisances qu’on peut supposer. Par ailleurs le réaliser à Fos engendrerait un surcroît de transport et une pollution secondaire directement liée au transport ( La Provence du 4 Juin 1999) .

 

 

Page 59:

PAM: Un mole industriel tourné vers la mer, générateurs de nouveaux trafics maritimes, qui maîtrise ses risques et ses rejets.

 

Le môle central permet d’accueillir des projets de développement industriel (caban sud 400ha, caban nord 600ha) environ 10 à 15 sites industriels significatifs sans impact sur les développements urbains, contrairement aux situations existantes à améliorer.

 

DPLGF:

effectivement les 750 ha du Caban nord sont sans impact pour le développement urbain, par contre, le projet va entraîner l’assèchement des marais, le fondement d’une plate forme par substitution sur une hauteur de 2 mètres de profondeur, et un remblaiement en tout venant sur 80 centimètre (page137).

Des travaux à l’encontre des critères évoqués sur le dossier PAM.

La zone Caban nord rentre dans les zones protégées de la ZNIEFF de type 1(page 39) correspondant à des sites d’intérêt biologiques remarquables, et dans la ZPS et ZICO., zone d’importance pour la conservation des oiseaux, et de zone de protection spéciale protégée (page 42 et 43).

 

On comprend de ce fait que cette zone soit classé dans ce que le document appelle « ambiguités ».(page 45)

Aujourd’hui peut on lire dans le document cette limite n’est plus valable:

le port étend ses projets au delà de la route.

 

DPLGF:

En résumé la stratégie environnementale du PAM se résume à cela:

Le PAM repoussera toutes les zones protégées selon ses  projets jusqu’à ses  limites administratives.

 

Page 59:

PAM: Un môle industriel tourné vers la mer, générateur de nouveaux trafics maritimes, qui maîtrise ses risques et ses rejets.

 

DPLGF:

Le danger dans une telle zone est constant et les risques latents, aucune industrie ne peut se permettre d’affirmer d’avoir la maîtrise totales des risques, il suffit de se rappeler de quelques catastrophes récentes .

Pollution dans le port.

Intoxication dans la zone du Caban.

Explosion à gaz de France

Pour la maîtrise des rejets, il est hélas facile de faire un constat personnel.

Il suffit le matin d’observer  dans son jardin ou dans sa piscine les particules scintillantes venues se déposer dans la nuit, ou la poussière noirâtre laissée sur les pare brise des voitures ou piégées dans le coin des fenêtres.

Les propriétaires de bateaux dont le pont est parsemé de petits points de rouille qui s’incrustent irréversiblement dans la matière peuvent eux aussi témoigner de ces rejets non maîtrisés.

Le mensuel « Capital » du mois de juillet 2003, communique une enquête à ce sujet:

En évoquant la Sollac,

-la plus grande aciérie de France est le plus gros pollueur à l’ozone des Bouches du Rhône, lui même département français le plus touché par ce type de pollution. Avec ces deux hauts fourneaux et ses tonnes de déchets, ce monstre cumule les records. Il est ainsi le plus gros émetteur  de poussières de France 6 445 tonnes en 2000 et le numéro 1 en PACA pour les oxydes d’azotes 7184 tonnes par an. les métaux toxiques plomb et chrome et les dioxines.

En 2001 Sollac a aussi recraché en mer 23,7 tonnes de mercure et de plomb.

Le PAM pourra t’il maîtriser les rejets des incinérateurs, gros émetteurs de fumée chargée de dioxine et  source de nombreux cancers.

Que va t’on faire des 1 500 000 m3 d’eau additionnée de chlore et rejetés dans le golfe a 6° inférieure à la température ambiante.

Si c’est ça la maîtrise des rejets, laissez moi me poser des questions.

 

P81:

PAM :Créer une nouvelle route du port, plus fonctionnelle et plus identitaire.

 

Nous proposons le dédoublement de l’axe du port, ce qui permet la création d’un axe préférentiel pour le trafic routier portuaire et le redéploiement du flux civil sur un itinéraire paysager en bord de la ZIF.

Une nouvelle entrée du port, clairement identifiable et identitaire, est aménagé à la Feuillane, sur le tracé possible de la future liaison Fos Salon.

 

DPLGF:

L’axe préférentiel risque si l’on n’y prends pas garde en coupant les marais de  désorganiser la courantologie indispensable à son écosystème.

Suite à de nombreuses erreurs de positionnement de buses reliant le marais PAM au nord et celui de Sollac au sud ont été la cause de dépôt de sédiments sur de nombreuses roubines, la disparition de la flore  et la remblaiement de certains leurons.  

 Déjà bien isolés, les habitants de Port saint Louis vont devoir faire de nombreux kilomètres supplémentaires pour se rendre dans les villes les plus proches.

Quand à la nouvelle route appelée pompeusement « l’itinéraire paysager », elle va  couper une nouvelle zone de marais sur 10 km  occasionnant un nouveau bouleversement écologique dans une zone des plus sensible.

 

P115:

PAM : En guise de conclusion provisoire.

 

DPLGF:

Un titre plein d’équivoques, pourquoi en guise, cela voudrait il dire que les rédacteurs de cette étude n’ont pas pu trouver une véritable conclusion, et ont rédigés à la hâte ce qui pourrait être une conclusion.

Et pourquoi provisoire? Une conclusion est l’action de conclure, de clore,  fait de terminer quelque chose     ( Le petit larousse) . Provisoire:(qui existe en attendant un état définitif ( Le petit larousse)  Cela voudrait signifier que le contenu dans ces 141 pages du projet 2020 n’est en réalité qu’une succession d’idées plus ou mois réalistes sur des écrits qui peuvent être changés à tout instant.

La preuve en est démontrée .

Dans l’espace de trois réunions, le CCDD a exposé trois projets différents concernant le même projet .

Ainsi , après le projet dessiné à la hâte sur le livre, le président du CCDD a montré une nouvelle esquisse, copie coller de la plage du Prado de Marseille.

Et venu ensuite le projet d’enlever le sable de la plage du Cavaou.

La semaine suivante, une autre plage était montrée à l’assistance, mais cette fois côté Saint Gervais, cette fois un immense parking (oublié sur les autres projets).

En savoir que, l’adéquation entre les places disponibles du parking, et la surface de la plage, il faudrait certainement empiler les baigneurs sur la plage.

 

P 126:

PAM:  Premières approches sur l’ouest étang de Berre: quel imaginaire pour Fos et son territoire.

 

Un diagnostic « socio paysagé :

 

DPLGF:

Dés la première page rédigée par un éminent ethnologue, nous avons  trouvé dans ces propos des mots souvent répétés dans le texte dans seulement  quelques lignes, comme pour bien appuyer ses propos.

 

-Il semble utile d’explorer, une nature sauvage, inaccessible, hostile

-Lieux étranges,

– refuge pour marginaux,

– territoires braconnés, peuplés discrètement de marginaux

– solitaires inhospitaliers,

– résidences illégitimes de trafics louches,

– peuple de braconniers,

 

Réponse d’un Fosséen pour DPLGF :

A la lecture de ce rapport, je me pose la question de savoir pourquoi a t’on voulu implanter un projet aussi important dans une zone aussi sauvage, aussi inhospitalière, dans des lieux inaccessibles, hostiles?

Comment peut on faire un pari sur l’avenir national par des trafics louches avec une peuplade discrète de marginaux, braconniers solitaires aux résidences illégitimes?.

Fosséen depuis plusieurs générations, je ne me retrouve pas dans ces propos, même issus d’un spécialiste sur l’étude scientifique des peuples.

Par contre, je comprends ces propos en sachant que cette description est la définition que certain ont largement colporté sur les autochtones pour justifier leur « colonisation » du lieu .

-Nous les ……. nous sommes venus pour vous civiliser et vous apprendre à travailler.

J’ai maintes fois du écouter de tel propos exprimé par des personnes émigrées de leurs régions, croyant fermement à ce rôle qu’on leur avait inculquer avant  leur départ.

Aujourd’hui heureusement, ces nouveaux Provençaux  ont  largement compris la vérité et se battent eux aussi à nos côtés pour préserver leur terre d’accueil.

 

CONCLUSION:

 

DPLGF:

 la conclusion est auto affirmée dans l’ouvrage:

          

Page 131:

 

 PAM:   Faut’ il tout attendre d’un schéma directeur d’ensemble qui prétendrait tout régler d’un coup de manière autoritaire dans un grand projet autant pharaonique qu’illusoire? Ce type d’attitude a fait long feu, surtout à Fos qui en est en quelque sorte le symbole.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans 2004, Archives, GDF, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>