les cabanons Du Cavaou à Port Saint Louis

Je viens de lire l’article dans la Provence d’aujourd’hui concernant le devenir des Cabanons de Port saint Louis et ce que je lis me fais revivre peut être les moments les plus cruels des cabanoniers Fosséens lors de l’implantation de la « zone ».

Photos G.Delcorso

Fos sur mer ce jour de 1959 ( texte L.barnes)    

Une lettre froide du Directeur des Services administratifs, et du Contentieux, arrive sur le bureau du Maire de Fos sur Mer.

-Comme suite à votre lettre du 23 Octobre 1959 nous avons l’honneur, d’accorder un délai de grâce aux occupants de la parcelle 189.

La grâce des condamnés à mort

La surprise est totale, chaque famille du village est concernée. Quel est le Fosséen qui ne séjourne au moins, que quelques jours de l’année dans les cabanons du Grâ ?

Pour Pierre, Michel, Bartolo, Charles, Gino, Joseph et les autres, c’est la consternation.

Devant le fait accompli, le Maire doit intervenir, et demander un nouveau délai pour ses amis du Cavaou, la Compagnie des Salins du Midi menaçant de tout faire enlever sur le champ.

Ignorants le projet, ils ont encore l’espoir d’avoir la possibilité d’acquérir, un lopin de sable à proximité.

Mais bien vite il faut se rendre à l’évidence.

Un plan étalé sur le sable par un géomètre venu arpenter près des cabanons et sans équivoques.

Vous voyiez, explique t’il fièrement à quelques habitants des maisonnettes venus quérir quelques renseignements.

Dans son parlé « pointu », il explique :

- Tout çà c’est le « Cava..ou » , nous nous trouvons ici , en montrant sur  la carte quelques minuscules  rectangles.

 – Les parties hachurées représentent l’implantation du projet.

Autant dire, les trois quarts de la carte.

Pour plus de compréhension, avec un bâton ramassé sur le sable, il trace un demi-cercle imaginaire représentant le golfe de Fos sur Mer.

- Ici à gauche Port de Bouc, à droite Port saint Louis et au milieu Fos et le Cavaou.

Laissant quelques secondes à ses interlocuteurs pour se situer, il reprend l’explication en creusant dans le sable l’emplacement des futures darses.

Puis tel un conquérant débarquant sur une terre inconnue, il plante un bâton au milieu de sa maquette de sable pour montrer leur position actuelle.

- Nous sommes là ! En appuyant sur son là, pour faire voir que l’emplacement qu’il désigne se trouve dans un fossé qu’il vient de creuser.

Puis tout va vite, très vite, trop vite

 Quelques jours après, les lames des bulldozers se mettent en action et rien ne peut arrêter les monstres d’acier.

Les pauvres cabanons sont balayés, écrasés comme des fétus de paille.

Dans la précipitation, certains propriétaires de cabanons, affectés par ce coup du sort et trop malheureux, n’ont même pas eu le courage de retourner pour récupérer leurs dernières affaires.

Ils vivent réveillé le plus âpre cauchemar de leur vie, sur cette terre sableuse qui fut un havre de paix et de bonheur, de joie de vivre.

 

Ce contenu a été publié dans 2012, Archives, Environnement, media, Site d'ADPLGF, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>