2010 Simulacre d’enquete publique GRT GAZ

Enquête publique

Alors de qui se moque-t-on ? On invite les habitants à venir à une réunion pour écouter et lire des mensonges. On présente un diaporama de projet qui n’en n’est plus un, car des travaux sont déjà commencés, on distribue une plaquette en polychromie avec un planning et des dates du projet eux aussi erronées.

Préparation du projet par les autorités compétentes.
Décision d’ouverture d’enquête avec arrêté préfectoral. Nomination du commissaire enquêteur pris dans une liste départementale d’aptitude à la fonction
Publicité : l’annonce légale est faîte dans la presse locale, un mois avant l’ouverture de l’enquête avec affichage en mairie et en préfecture.Outre les références de l’autorité signataire, l’annonce légale comporte : l’objet de l’enquête, la date d’ouverture et de fermeture, les dates, heures et lieux de consultation du dossier, le nom du CE et ses dates de réception du public, les conditions particulières permettant l’expression des différents avis et les possibilités de consulter le rapport du CE
intervention du public et le déroulement de l’enquête durent un mois
rapport du CE est donné dans le mois qui suit la fermeture de l’enquête. La décision est prise à partir de ses « conclusions motivées ».

Réalisation ou non du projet.

L’enquête publique est une procédure préalable à des décisions ou des réalisations d’opérations. Ses objectifs sont :
1) d’informer le public
2) de recueillir ses appréciations, suggestions et contre-propositions
3) de permettre à l’autorité compétente de disposer de tous les éléments nécessaires à son information avant la prise de décision Elle est conduite par un Commissaire Enquêteur (CE).A Fos sur Mer, les procédures sont inversées.

1) on commence la réalisation

2) on informe et recueille les appréciations du public pendant ou après les travaux.

Je lis :

GRTgaz : enquête publique février 2010, Autorisation préfectorale printemps 2010.

Esso : Autorisation préfectorale printemps 2010.

OTMM : enquête publique, 2eme trimestre 2010.

A moins que le préfet ait changé le cours des saisons (ce qui fort possible pour Fos, quand on connaît le pouvoir de ce que ce représentant de l’état a pu réaliser antérieurement), je peux affirmer que nous sommes toujours en hiver. Cette présentation devenue pour le cas inexacte et caduque, ne semble pas troubler les présentateurs qui passe sur cette particularité évidente et récite leur texte comme si l’assistance n’avait d’autres droits que d’écouter et de se taire.

C’est scandaleux, cette façon de prendre en otage la population. De plus, les travaux de déboisement déjà commencés dans la colline, ont laissés l’environnement jonchés de branches déchiquetées, sans soucis d’un nettoyage minimum pour un accès dégagés aux promeneurs et sportifs qui empruntent le chemin à longueur d’année. 4 maitres d’ouvrages ont coordonné leurs projets pour une meilleure insertion dans l’environnement nous vante la première page de la plaquette avec une magnifique photo, nous montrant une colline verdoyante et boisée, la réalité et tout autre, aussi je demande que les photos que j’ajoute au commentaire soit agrafée pour montrer la réalité du lieu.La plaie dans la colline s’est encore agrandie détruisant des centaines d’arbres, combien de temps nous reste t’il encore pour que la colline ne soit plus qu’un no man’s land aride ou les seul arbres de Noêl, seront des tuyauteries décorés de vannes émergeants des tranchées et dénommés ainsi par les pétroliers dans les déserts pétrolifères.Encore un oubli de l’existence de notre village. Aucune mesure compensatoire imposée par l’état n’est reversée à la commune pour le préjudice subit. Oubli encore concernant l’archéologie préventive. Le présentateur a évoqué une ligne sur l’archéologie préventive.Là encore, aux dires des préposés à la récitation du diaporama, des fouilles ont été réalisées par un organisme d’état qui a jugé que ce site n’était pas d’ordre à être fouillé, car non répertorié ou sans intérêt.Pourtant il existe une étude sur les sites inventoriés de la colline, de nombreux lieux archéologiques ont été révélés, il serait encore temps, avant d’ouvrir des tranchées, de se mettre en rapport avec les archéologues locaux qui eux possèdent l’étude archéologique complète de toutes la colline.Des questions restent sans réponses, comment savoir ce qui a été trouvé lors des fouilles et le lieu, ces dernières ont-elles fait l’objet d’un rapport ? Lors de la rupture de l’oléoduc dans un coussou de Crau, les enquêtes pour déterminer les causes ne sont toujours pas établies. Aujourd’hui des spécialistes se penchent sur l’hypothèse d’une rupture due à une secousse engendrée par les nombreux micros séismes relevés par la faille Salon Cavaillon, connue et reconnue des sismologues. Les études de ce chantier, a-t-il pris en compte ce fait ?

Monsieur l’enquêteur, je sais que votre tâche et difficile, mais vous ne pouvez nier ces faits, certains bafouant les principes même de ce que vous êtes chargé de défendre, si vous acceptez cela, vous cautionnerez le simulacre de démocratie de cette enquête publique, dont vous êtes le garant.

un fidéle adhérent de l’association ADPLGF

 

Ce contenu a été publié dans 2010, Archives, Environnement, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>